Diaphragme, vignettage & C°

Quelques notions fondamentales de l’optique et de la lumière avant de se lancer dans la partie plus pratique de la photographie au sténopé.

Lorsque vous vous trouvez dans une chambre éclairée par une seule fenêtre l’éclairage sera plus intense si vous vous trouvez près de celle-ci ou si vous êtes près du mur du fond.

Et bien sûr plus grande est la fenêtre plus elle laissera rentrer de la lumière. Elémentaire mon cher Watson !

Un diaphragme ne travaille pas autrement !

Mais que signifient ces chiffres f :2 – f :2.8 – … f :22 que l’on trouve sur les objectifs et comment les obtient-on ?

Pour faire simple, il s’agit tout simplement d’un ratio entre les deux éléments qui influencent la quantité de lumière qui entre dans l’appareil :

  • La profondeur de l’appareil (on l’appelle aussi tirage)
  • La taille de l’ouverture (diaphragme)

Et on divise la profondeur par le diamètre de l’ouverture pour obtenir le chiffre correspondant du diaphragme.

Exemples :

  • Une profondeur de 50mm et une ouverture de 25mm donnera un diaphragme noté f:2
  • Une profondeur de 50mm et une ouverture de 6,25 mm donnera un diaphragme noté f:8
  • Une profondeur de 100mm et une ouverture de 25mm donnera un diaphragme noté f:4

Dans le cas d’un sténopé c’est le trou d’épingle qui servira de diaphragme et son diamètre dépasse rarement 0,3 à 0,5mm. Un simple exercice mathématique nous montre que l’on va travailler avec un nombre f : important

  • Une profondeur de 50mm et un trou 0,5mm donnera un diaphragme noté f:100
  • Une profondeur de 100mm et un trou 0,25mm donnera un diaphragme noté f:400 !!!

Voilà ce qui explique les temps de pose importants que nous devons observer avec un sténopé.

Nous verrons plus tard comment ce calcul va nous aider pour déterminer le diamètre idéal pour notre appareil sténopé.

Regardons maintenant la photo suivante prise au sténopé :

Palais du centenaire au sténopé Noon 45

On remarque immédiatement qu’elle présente un vignettage important.

Cela s’explique aussi par la distance que doit parcourir la lumière depuis son entrée dans l’appareil et le capteur, car plus grande la distance plus petite la quantité de lumière qui atteint cette dernière !

Comment ??? Notre appareil a pourtant la même profondeur partout ?

Oui, mais la distance entre le « trou » et le centre du capteur est bien plus courte que celle entre le « trou » et le bord du capteur comme le montre le dessin suivant !

Si ce vignettage se remarque moins avec un objectif c’est parce que ces derniers sont calculés pour minimiser cet effet contrairement à un sténopé où la lumière pénètre en ligne droite sans aucune correction.

Il existe des formules pour calculer le vignettage par ailleurs assez barbares (cos4α) mais fort heureusement nous n’en aurons pas besoin pour notre pratique du sténopé. Contentons-nous de savoir que cela existe et que cela fait partie de la « signature » d’un tel appareil simplissime.

Merci à Fred, Michel et Alain pour la vérification des textes

Categories:

Tags:

One response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *