Un article publié par Frédéric Mathysen

Lorsque le plan du film est parallèle au plan de l’objet, l’image photographique sera semblable et proportionnelle à cet objet.
Mais si le plan de l’objet n’est pas parallèle, l’image sera déformée selon les lois de la perspective ou géométrie conique : les lignes, initialement parallèles, convergent vers un point de fuite.

Prenons un exemple : vous désirez photographier un monument de grande taille.

source : http://www.cameraboussat.fr/dossier_collection/tutoriels/chambre_mouvements.html

Comme le monument est très haut, vous inclinez votre appareil vers le haut afin de prendre le monument en entier. En quelque sorte, vous réalisez un cliché en contre-plongée. Les plans du film et de l’objet n’étant pas parallèles, les perspectives s’affirment sur l’image, d’autant plus fort que vous êtes proche de l’objet.

source : http://www.cameraboussat.fr/dossier_collection/tutoriels/chambre_mouvements.html

Afin d’éviter les lignes fuyantes, vous avez plusieurs possibilités :

1) vous tenez votre appareil afin de conserver le parallélisme des plans. Mais vous vous rendez compte qu’il vous manque le haut du monument.

source : http://www.cameraboussat.fr/dossier_collection/tutoriels/chambre_mouvements.html
source : http://www.cameraboussat.fr/dossier_collection/tutoriels/chambre_mouvements.html

2) vous voulez prendre de la distance mais l’espace n’est pas suffisamment grand et des constructions vous empêchent de reculer plus arrière.

3) vous pourriez prendre de la hauteur afin de vous aligner avec le milieu du monument mais les constructions en face du monument sont inaccessibles. Vous pourriez louer une grue mais le grutier vous fait remarquer que les ruelles d’accès sont trop étroites.

4) vous changez d’appareil et utilisez un modèle à décentrement. Le plan du film restant parallèle au monument, le fait de monter l’objectif (ou descendre le dos) permet d’élever le point de vue de l’image.

source : http://www.cameraboussat.fr/dossier_collection/tutoriels/chambre_mouvements.html

source : http://www.cameraboussat.fr/dossier_collection/tutoriels/chambre_mouvements.html

Le décentrement latéral permet de corriger les perspectives latérales.
Au besoin, le décentrement peut-être combiné à la bascule.

Voici un exemple de décentrement horizontal (appareil : Zeiss Ikon Ideal 250/7) :

Sur chaque photo, je tire une ligne suivant le faîte du toit et une autre ligne suivant le bas de la maçonnerie de la maison. Ces lignes de fuite se croisent en un point en dehors de la photo.

Sur la première photo, sans décentrement, ces deux lignes forment un angle de 12,7°.

Sans décentrement

Sur la seconde, avec décentrement, l’angle se réduit à 10,4°.

Avec décentement

Un angle plus fermé signifie que les lignes de fuite se croisent plus loin, qu’elles tendent à devenir un peu plus parallèles que pour un angle plus ouvert.
La différence n’est pas flagrante, l’effet du décentrement reste faible. C’est la limite des chambres pliantes. J’aurais obtenu un meilleur résultat avec un sujet plus éloigné ou avec une chambre technique.

Categories:

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *